Vous cherchez un nouveau travail ? Comptez sur vos futurs potentiels employeurs pour vous « googliser » ! Alors assurez-vous de bien faire le ménage dans vos profil Internet pour avoir un job !

Faux pétard au bec, en mode rasta Facebook. Tweets stupides. Profil LinkedIn à moitié privé relatant vos exploits au bar. Ou encore posts relatant votre nuit passée en cellule pour avoir montré vos fesses à des policiers. Inutile de préciser que rien de tout cela n’inspirera positivement un employeur et, croyez-moi, ils ne manqueront pas d’interroger Internet. 75 % des recruteurs ont pour consigne de faire ce genre de recherche pour chaque postulant intéressant. Et plus de 70 % vont se baser sur les résultats de ces recherches pour prendre la décision finale d’embauche ou de rejet de candidature. Pour sortir positivement du lot et obtenir le job, voici comment procéder pour faire votre « e-toilette ».

Tout d’abord : Soyez clean sur LinkedIn

Il n’est plus nécessaire de la dire : les profils LinkedIn ont remplacé les traditionnels CV. L’an dernier, 93% des recruteurs ont reconnu avoir parcouru les profils sociaux avant de prendre un e décision d’embauche. Et quel site est le plus consulté ? LinkedIn, pour avoir un oeil global sur l’expérience et les compétences des candidats. Mais le site en dit long également sur les capacités rédactionnelles ou sur la personnalité des éventuels candidats. Donc, pour vous illustrer, faites en sorte que votre page LinkedIn soit parfaite, avec un résumé impressionnant de votre expérience, une photo flatteuse et appropriée ainsi, au minimum, qu’une description détaillée de vos deux derniers emplois. Mais il va falloir faire mieux que le blabla habituel . En résumé :

  • Dans la ligne d’introduction de vos emplois, utilisez le plus de mots clés possible. Les filtres LinkedIn mettent en avant les profils contenant les termes les plus recherchés. Par exemple : « consultant financier spécialisé dans la levée de fond pour les associations à but non lucratif. Nombreux clients, dont la Croix- Rouge ». Mettre des mots clés inhérents à votre activité dans votre historique d’emplois, c’est s’assurer un bon référencement de votre profil, cela fonctionne exactement comme le référencement pour les sites sur Internet.

  • Créez ensuite une URL personnalisée pour votre profil LinkedIn. Ainsi, au lieu de linkedin.com/in/17277, vous pourrez apparaître avec votre nom au lieu d’un chiffre. Cela vous placera plus haut dans le moteur de recherche de Google. Vous trouverez comment faire dans l’onglet « aide » de LinkedIn.

  • Ajoutez des extras séduisants à votre profil, comme du contenu multimédia. Si vous êtes designer, par exemple, faites de votre page un portfolio mettant en valeur vos meilleures créations au travers de JPEG intelligemment répartis sur votre profil.

  • Demandez des recommandations ou avis positifs ! Rien ne plaît plus aux employeurs que les commentaires élogieux de collègues ou de supérieurs. Alors affichez-les fièrement.

  • Rejoignez des groupes de discussions de LinkedIn et faites en sorte d’attirer l’attention sur vous. Qui sait, quelqu’un passera peut-être par-là au bon moment.

  • Passez au profil payant.Commencez par le forfait à 21,99 euros par mois, qui vous donnera des avantages non négligeables comme la possibilité d’entrer en contact avec des personnes haut placées dans les entreprises qui vous intéressent, ou avec des gens qui pourraient vous venir en aide, par exemple en vous indiquant avec qui prendre des informations utiles autour d’un café. (Les profils gratuits n’ont pas la possibilité de communiquer qu’avec des personnes faisant partie de leurs contacts.) Le profil premium vous permet aussi d’organiser vos relations, de prendre des notes, de créer des rappels et de disposer d’un système d’étiquettes pour structurer et présenter les futures connexions.

Postez votre meilleure photo

Si vous n’avez pas un nom super commun, comme Jean Martin (auquel cas, laissez tomber cette partie, de toute façon, personne n’arrivera jusqu’à votre profil), prenez le temps de soigner votre image en ligne. Veillez à ce que votre image de profil soit représentative et sobre, c’est elle qui va donner une première impression de vous. Optez pour une photo où vous arborez une tenue qui serait considérée comme correcte pour le style de poste que vous convoitez. Pour un poste dans la finance, photo en costume ; pour un emploi dans une start-up, optez pour un look plus relax, mais toujours classe. Aussi, les entreprises veulent des employés heureux, alors souriez – au moins un peu. Un chercheur en neurosciences a demandé à un groupe de sujets de noter le contenu émotionnel de symboles. Résultat, le plus positif d’entre tous les symboles était le smiley.

Faites le tri dans vos posts

Une fois que vous avez trouvé la photo idéale, profitez-en pour mettre à jour les photos de tous les autres profils à votre nom (site, blog, etc.), afin que les employeurs ne voient que le meilleur de vous-même partout sur la Toile. Maintenant, attaquons-nous aux posts. Les employeurs ne s’arrêtent pas qu’à votre photo. La bonne nouvelle, c’est que les candidats qui parlent de leurs actions de bénévolat ou de dons à des œuvres de charité ont plus de chance d’obtenir un poste. Alors n’hésitez pas à étaler votre générosité. Sachez aussi que plus de 60 % des employeurs se fichent totalement des posts politiques, alors évitez. (Seuls 17 % s’y intéressent vraiment, faites donc en sorte de viser juste.) Les futilités, les fautes d’orthographe et de grammaire, la mention de drogues, sexe, armes et alcool sont un vrai frein à l’embauche, donc à éviter. Faites un examen complet de tous vos profils, infos, bios, écrits, et vérifiez qu’ils ne contiennent pas de fautes d’orthographe : une relecture peut vraiment changer votre vie. Et pour ce qui est des posts douteux, il va falloir prendre des mesures plus radicales. Comme la suppression.

Supprimez vos vieux tweets

Vous n’êtes certes pas autant suivi que les stars ou les hommes politiques mais, croyez-moi, un vieux tweet oublié peut faire des dégâts. Et avec la fâcheuse manie des recruteurs de fouiller dans votre vie numérique et dans votre passé, vous pourriez passer bêtement à côté d’un emploi. Alors faites le ménage. Au lieu de parcourir vous-même tous vos tweets et de décider ce qui peut rester ou non, je vous conseille vivement de supprimer tous vos tweets datant de plus de quelques mois. Vous pouvez le faire en quelques clics grâce à des outils comme TweetDelete.

Maîtrisez Facebook

Vous savez désormais que faire de vos photos de soirée compromettantes, je ne vais donc pas vous expliquer les paramètres de base de profil Facebook. Mais quelques conseils sont tout de même de mise pour vous éviter de perdre la main sur les informations postées. Tout d’abord, verrouillez les entrées : seuls les amis doivent avoir accès à votre page, alors faites quelques petits réglages dans les paramètres de confidentialité. Vous pouvez même empêcher les moteurs de recherche d’afficher un lien vers votre profil, vous serez moins facilement trouvable ainsi. Si finalement un employeur vous trouve et vous demande en ami, je vous conseille vivement de ne pas l’accepter. Ne répondez pas à cette demande, pas même par un message, cela pourra s’avérer très positif pour vous. En effet, si vous ne répondez pas à la demande et n’affichez rien de votre profil à qui ne fait pas partie de vos amis, votre profil semble vide et vous passerez pour une personne ayant une vie plus sociale que numérique, ce qui peut être un atout. Et si finalement le boulot vous passe sous le nez, vous ne perdez peut-être rien à travailler pour une entreprise qui fouine à ce point dans votre vie.

Boostez votre présence sur la Toile

Si vous voulez que les employeurs vous trouvent facilement quand ils recherchent votre nom sur Internet, augmentez votre référencement en envahissant la Toile. Tout d’abord, achetez un nom de domaine à votre nom. Ensuite, créez votre site Internet. Pas d’inquiétude, ce n’est pas forcément compliqué. Avec des outils comme Wix.com, vous pouvez avoir un très joli site en quelques heures. À moins d’avoir un portfolio conséquent ou une grosse liste de clients, restez simple : mettez une bonne ligne d’introduction expliquant qui vous êtes, ce que vous faites, votre biographie retraçant votre expérience et quelques exemples de vos œuvres ou réalisations. Ou, plus simple, créez une sorte de plateforme de centralisation de vos informations, une carte de visite. Pas besoin d’être totalement bilingue pour profiter des avantages de flavors.me, vous pourrez y entrer vos informations de base et quelques liens vers vos profils sociaux. Vous pourrez insérer l’URL de flavors.me sur votre profil LinkedIn pour le booster dans les algorithmes de Google.

Faites disparaître tous les points noirs

Si une série de photos de vous éméché filtre petit à petit, ou si une de vos ex diaboliques essaie d’entacher votre réputation, ce qui peut ressortir lors d’une recherche Google sur votre nom, vous devrez sortir les armes lourdes. Vous pouvez faire appel à des agences de réputation en ligne. Ce n’est certes pas donné, mais afin de faire reculer tout ce qui est négatif vous concernant dans les résultats de recherche, l’agence se charge de poster autant de commentaires sympathisants qu’il faudra pour faire reculer le négatif en page 4 ou 5. Les internautes s’arrêtent le plus souvent à la seconde page. Alors si vraiment votre cas est critique, pensez-y.

Mario Armstrong, expert lifestyle digital