Rebounding
© DR

S’affûter en sautillant, c’est possible grâce au rebounding ! Explication avec un coach de la marque de trampoline Bellicon, leader du marché.

Par Fabien Menguy

L’avantage du rebounding

On a tous mis un jour les pieds sur un trampoline pour s’éclater à sauter sur place, mais de là en faire un ingrédient de nos entraînements fitness, il n’y a qu’un rebond qu’on vous invite à franchir sur un des trampolines de la marque Bellicon. Leur spécificité ? Proposer des appareils à élastiques plutôt qu’à ressorts métalliques. « Un détail qui fait toute la différence », selon Florian Coutellec, trainer France Bellicon : « Il y a une souplesse dans l’appui qui permet d’avoir un travail d’équilibre qu’il n’y a pas sur du dur, et de renfoncement des muscles profonds sans traumatisme sur le plan articulaire. »

Séance type concoctée par Florian Coutellec

L’éveil

Avant même l’échauffement et la recherche de sensations de chaleur, j’essaie de laisser 2 ou 3 minutes pour que la personne prenne ses repères sur la toile. Qu’il y ait un éveil sensoriel, que le pied soit préparé.

La séance

Après l’échauffement alternez cardio (sauts sur place avec différents écartements de jambes, jumping jack, course sur place avec accélération) et renforcement musculaire, avant le retour au calme.

Squat : Placez les pieds à largeur d’épaules. Pliez vos jambes tout en gardant le dos droit et en tension, faites un mouvement lent pour ressentir le travail de profondeur sur cette surface qui est souple et déformable. Sensations garanties !

Squat Jump : Idem que les squats, mais accélérez la montée pour sauter le plus haut possible.

Pompes : Placez les mains sur les bordures de la toile, pliez vos bras tout en restant tonique sur l’ensemble du corps, utilisez une vitesse lente au départ avant d’accélérer.

Étirements

Le fait qu’on soit un peu surélevé nous permet des fois d’aller plus loin dans les amplitudes de renforcement et d’étirements, parce qu’on profite de cette hauteur pour s’approcher du sol en penchant une partie du corps en dehors du trampoline. Et si le corps est sur le trampoline, ce n’est pas un point d’appui rigide, il va donc se déformer en fonction de la position qu’on prend. Le fait que l’élastique se déforme dans la même direction que le corps est aussi moins traumatisant.

Relaxation

Je profite de cette surface qui se déforme pour y poser toute la colonne vertébrale dessus et avoir une compression lombaire qu’on aurait différemment au sol. C’est agréable pour muscles intervertébraux. On peut aussi utiliser le trampoline pour le yoga, le stretching, ou le Pilates.

Les erreurs à ne pas commettre

Comme pour toute activité, l’exécution prime avant tout, surtout sur des exercices comme des sauts. Ça peut être destructeur. Si vous faites des sauts avec un dos rond, vous pouvez vous abimer au niveau vertébral. Un peu comme si vous faisiez des squats jumps sur du béton en atterrissant sur le sol le dos arrondi.

La fréquence

Ça dépend de l’objectif de la personne, mais comme une activité sportive : des séances de 45’ deux à trois fois par semaine, c’est déjà bien.