Yoga hommes
© iStock

« Trop mystique », « trop féminin »… vous hésitez encore à pousser la porte d’un studio de yoga, Dommage, car la pratique peut être très complémentaire de l’entraînement. Pour faire le bon choix, suivez le guide.

Par Thomas Héteau

Quel yoga pour les hommes ?

On l’oublie souvent mais, à l’origine, le yoga est une pratique exclusivement réservée aux hommes. Une discipline inventée par des hommes, pour des hommes. Sa pratique régulière est d’ailleurs largement recommandée aux sportifs, notamment aux adeptes des sports intenses à impacts répétitifs. Pourquoi ? Parce qu’il permet de rééquilibrer le corps, de gagner en amplitude, en souplesse, en endurance et en résistance. Très complémentaire de l’entraînement, il permet également de renforcer les muscles stabilisateurs pour accroître les performances sportives. Et ce n’est pas tout ! La méditation et la relaxation, qui font partie intégrante d’une séance, boostent également le mental. Le yoga est ainsi un outil pour apprendre à se connaître, une technique de développement personnel. Et pourtant, beaucoup d’hommes pensent – aujourd’hui encore- que le yoga est « un truc de nana » et rechignent à franchir le pas. Peur de se retrouver au milieu d’un groupe de femmes, peur du jugement… Ils avouent également être un peu perdus face aux (trop?) nombreuses versions de yoga existantes. De l’hatha à l’ashtanga en passant par le bikram ou même le fly yoga, difficile parfois de faire son choix. Pour y voir un peu plus clair et profiter enfin de tous les bienfaits du yoga, nous sommes allés demander les conseils avisés d’Heberson Oliveira, professeur certifié et créateur de sa propre méthode, le Vibhava yoga. Selon lui, pour parler aux hommes, une pratique doit respecter ces trois fondamentaux.

1) Les exercices

Ni trop, ni trop peu ! Il s’agit en fait de trouver le juste milieu entre une version soft et un yoga plus intensif. « Qu’allez-vous faire pendant le cours ? Seulement vous relâcher ? Cela ne va pas fonctionner. généralement, les pratiques trop douces du yoga ne correspondent pas à ce que recherchent les hommes. Mais il ne faut pas non plus quelque chose de trop cardio car on a déjà ce dynamisme quand on court ou dans une séance de CrossFit par exemple« . La pratique doit donc apporter quelque chose de différent et doit être complémentaire à votre entraînement. Elle doit vous permettre de travailler ce que vous ne travaillez pas lors de vos séances traditionnelles. Optez également pour un yoga permettant de tenir longtemps les asanas (les positions), ce qui n’est pas toujours le cas.  » Le fait de tenir les postures très longtemps permet de travailler la musculature profonde et apporte de la résistance et de l’endurance musculaire dans la pratique sportive. »

Pourquoi ne pas commencer par le hatha yoga, l’un des plus pratiqués en Occident. C’est un classique qui s’adapte à chacun, quel que soit son niveau. Parfait pour éviter toute frustration quand on débute, et donc tout risque d’abandon prématuré. « Il permet d’apprendre à se placer et de comprendre comment ça se passe au niveau postural. Un hatha yoga basique peut donc correspondre à certains profils. » D’autant que les positions doivent être maintenues suffisamment longtemps (environ 3 minutes).

Le vinyasa yoga peut également être un bon choix. Mais attention, dans une version un peu plus lente. « Un cours de vinyasa est très dynamique, ça va assez vite. C’est bien pour ceux qui ont besoin de bouger mais qui savent aussi déjà placer le corps pour travailler ensuite un peu plus au niveau de la respiration. »

2) Le langage

Exit les pratiques trop mystiques, trop ésotériques, qui peuvent en bloquer certains. Optez pour un cours qui va droit à l’essentiel. « Très souvent avec les hommes, il faut trouver le bon langage. Nous n’avons pas besoin de nous accrocher à des clichés, au contraire beaucoup sont réfractaires à tout ça. la technique du kundalini yoga est par exemple très bonne mais il faut utiliser un autre langage pour un homme« . Pour résumer, la pratique doit être cartésienne, le langage simple et direct. Quant aux résultats, ils doivent se faire sentir rapidement.

3) La méditation

Si les trips trop mystiques font généralement fuir la gent masculine, la respiration, la relaxation et la méditation ne doivent surtout pas être négligées. après tout, il est quand même question de yoga ! « Il faut en effet que la séance apporte une vraie phase de relaxation où on comprend toute l’importance du lâcher-prise. Ce sont des choses qui nous parlent beaucoup car nous avons aussi une sensibilité, une spiritualité. Seul le langage change. » La méditation permet de renforcer ses capacités mentales, Quant aux exercices de respiration, ils améliorent considérablement la récupération, et donc les performances à l’effort.

Les yogas à éviter !

De nouvelles formes de yoga ont émergé ces dernières années. Des plus surprenantes, comme l’acro yoga ou le fly yoga, aux plus grotesques à l’image du « yoga chèvre » ou même du « yoga bière »… Autant de versions qui n’ont évidemment rien à voir avec du yoga, selon notre expert. Plus étonnant, Heberson Oliveira se montre également assez sévère face au yoga bikram (qui se pratique dans une salle où la température dépasse les 40°C) et au Yuj yoga (yoga sous une lumière infrarouge), deux versions pourtant ultra-tendance actuellement. « S’il n’y a pas de phase de méditation, pas de travail énergétique, ce n’est pas du yoga. Et puis, faire de l’exercice sous cette chaleur va à l’encontre du bon sens! » Oubliez également le yoga lyengar, une séance très thérapeutique qui là encore ne correspond pas à ce que beaucoup d’hommes recherchent, ou encore l’ashtanga yoga, beaucoup trop dynamique et cardio, et donc trop similaire à une séance de sport classique.