L’été est une saison où la chaleur pousse à la consommation de fruits frais, gorgés d’eau. C’est donc l’occasion de faire le plein de vitamines, dont le rôle est majeur dans l’organisme. C’est notamment le cas de la vitamine C, de la vitamine A, et de la vitamine E. Quelques éclairages pour en profiter pleinement.

Un effet antioxydant puissant

Le rôle des vitamines A, C, et E est d’abord un rôle d’antioxydant. En effet, ces vitamines ont la capacité à lutter contre l’action néfaste des radicaux libres, ces molécules instables qui endommagent les cellules. C’est ce qu’on appelle le stress oxydatif. Bénéficier d’un apport correct en vitamines vous permettra donc de lutter au mieux contre le vieillissement de l’organisme. Sachez d’ailleurs que la prolifération des radicaux libres est favorisée par la pollution, le tabagisme ou encore la consommation excessive d’alcool.

Il a été reconnu qu’un bol alimentaire satisfaisant les besoins de l’organisme en vitamines A, C, et E correspond à un régime alimentaire riche en fruits et légumes. Par voie de conséquence, les avantages sont nombreux et dépassent le simple cadre des vitamines : fruits et légumes sont des aliments riches en fibres. Voilà qui saura réguler votre prise alimentaire et votre glycémie, améliorer votre transit, et prendre soin de la santé de vos intestins… En clair, on ne peut parler du bienfait des vitamines sans parler des bienfaits corollaires. La nature est bien faite. Le but n’est pas de collectionner les aliments pour constituer un bol alimentaire parfait, mais d’en constituer un cohérent grâce à la synergie d’action des nutriments que nous fournit la nature. Il a notamment été prouvé que faire la part belle aux fruits et agrumes permettait de réduire les risques de cancer, et de réduire la prévalence des maladies cardio-vasculaires.

Il faut cependant savoir que malgré cette action très positive es vitamines sur l’organisme, les antioxydants ne sont pas simples à assimiler pour notre corps. Ainsi, des recherches ont été menées pour savoir comment mieux absorber les antioxydants. Avec des résultats probants ! Il apparaît très clairement que les matières grasses rendent l’absorption des antioxydants bien plus efficace que la normale. Mais attention, n’ajoutez pas n’importe quelle matière grasse. Pensez aux amandes, à l’avocat, ou à l’huile d’olive pour agrémenter vos salades et optimiser le rendement antioxydant de votre organisme.

Vitamine C : éviter la carence en fer

C’est la star des vitamines. Dans l’inconscient collectif, on associe souvent vitamines et vitamine C. C’est la vitamine du « coup de fouet ». Mais un de ses rôles majeurs est de permettre une meilleure fixation du fer par l’organisme. C’est donc d’une importance capitale lorsqu’on sait que la carence en fer est la carence la plus répandue au monde. Et que celle-ci occasionne de grosses fatigues, très handicapantes au quotidien. D’autant que si vous profitez de l’été pour pratiquer une activité physique intense et régulière, un apport suffisant en vitamine C saura vous apporter un surplus d’énergie intéressant.

L’été n’est pas la saison de l’orange ? Aucun problème ! Contrairement à une idée reçue qui a la peau dure, l’orange n’est pas l’aliment qui contient le plus de vitamine C. Ainsi, le cassis en contient environ 4 fois plus à portion égale. De même le kiwi, les poivrons, les fraises, les cerises, ou encore le persil. Faites votre choix, et n’oubliez pas de consommer des aliments de saison. En effet, cela évitera de faire venir des fraises de l’autre bout du monde. Fournissez-vous chez un producteur, en AMAP, ou dans un commerce de confiance. Pensez aussi à consommer bio. Surtout lorsqu’on sait qu’une fraise peut subir jusqu’à 17 traitements phytosanitaires…

Vitamine E : action anti-inflammatoire

Un des bienfaits largement reconnus de la vitamine E est le fait qu’elle participe activement aux mécanismes anti-inflammatoire. Voilà qui n’est pas dénué d’intérêt, à l’heure où nos aliments regorgent d’omega-6 favorisant les processus inflammatoires. En cause, le bétail nourri massivement au maïs riche en omega-6… pour cause de rentabilité.

Les sources de vitamine E ne manquent pas. Brocoli, épinard, tomate, poivron, ou encore les céréales complètes en regorgent. Notez que les céréales complètes sont à privilégier bio à tout prix. En effet, les pesticides ont tendance à se concentrer à la surface des aliments traités. Or les céréales complètes ont pour particularité de conserver leur enveloppe ! Vous pouvez donc imaginer la teneur en pesticides…

La vitamine A, totem d’immunité

Cette vitamine également très connue joue un rôle important dans la vision, ainsi que dans la bonne croissance des os ou encore l’immunité. À l’heure où les maladies auto-immunes explosent, ce n’est pas un luxe de disposer d’un apport suffisant en vitamine A.

Les protéines animales en sont riches, mais attention : outre une empreinte carbone absolument démesurée, les protéines animales implique la création d’énormément d’acide urique dans l’organisme. Or, l’acidité est un ennemi de la bonne santé. Mieux vaut miser sur la carotte, la laitue roumaine, ou encore les épinards.

Un mot enfin concernant les compléments alimentaires : ils sont à déconseiller en matière de vitamines. Qu’ils soient de synthèse ou non, leur assimilation n’est pas optimale. Rien ne vaut une alimentation saine et variée, afin d’assurer les fonctions vitales et cognitives de l’organisme.