Dernière partie de notre dossier sur les dangers en vacances : les dangers du plaisir !

5- Les dangers du plaisir

« Bon, allez, on se lâche, après tout, c’est les vacances ! » Si vous êtes du genre à prononcer cette phrase, les lignes qui suivent ne peuvent que vous concerner. Période propice aux plaisirs, et donc à leurs excès, l’été recèle d’insidieux dangers, de votre assiette à votre chambre à coucher.

Le coma éthylique
N’ayant pas besoin de vous lever le lendemain, les soirs d’été peuvent vite se transformer en de longs samedis soirs de beuverie. D’autant plus si vous testez les diverses férias estivales qui ont lieu en France et en Espagne.

COMMENT ÉVITER LE DANGER
Abstenez-vous, ou alors, maîtrisez votre consommation.

SI C’EST DÉJÀ TROP TARD
Le coma éthylique peut être mortel. Alors, si le sujet est inconscient et que sa respiration devient bruyante, ne le laissez pas cuver dans un coin en lui écrivant des gros mots au marqueur sur le front. Prévenez les secours rapidement.

 

L’intoxication alimentaire
Le petit piment qui a l’air tout mignon sur le marché de Ouagadougou ; la pastèque gorgée d’eau du restaurant de votre hôtel égyptien ; le bon petit saucisson au fond de la glacière ; la coque laiteuse ramassée à marée basse… Tout cela vous semble appétissant ? Attention tout de même, car tous ces mets sont porteurs de germes, plus virulents en cas de fortes chaleurs. Estomacs non habitués, s’abstenir : ils peuvent vous conduire, si ce n’est aux urgences, tout au moins sur le trône, et pendant de longues heures.

COMMENT ÉVITER LE DANGER
Ne rompez pas la chaîne du froid. Munissez-vous de sacs isothermes pour faire vos courses. Préférez les pâtes à la côtelette si vous êtes en toile de tente. Si vous consommez des coquillages, vérifiez sur le Net si votre zone ne fait pas l’objet d’interdictions. À l’étranger, ne buvez que de l’eau minérale en bouteille, que vous aurez vous-même décapsulée. Évitez les fruits et les glaçons.

SI C’EST DÉJÀ TROP TARD
Réhydratez-vous avec des boissons salées ou sucrées. Préférez le riz et les bananes aux légumes et aux laitages. Prenez un médicament antidiarrhéique et antispasmodique. Et consultez un médecin si les symptômes persistent.

 

Le barbecue
Vous pensiez faire du barbecue un allié de l’été aussi sympathique et incontournable que votre bateau pneumatique ou votre paire de tongs ? Pourtant, il peut très vite devenir votre pire ennemi ! Susceptible de vous cramer la tronche à n’importe quel moment, il peut aussi favoriser la formation de cancers, notamment à cause des graisses brûlées.

COMMENT ÉVITER LE DANGER
N’allumez jamais un barbecue avec de l’essence ou de l’alcool à brûler. Non seulement ces substances sont volatiles, mais leurs flammes, souvent invisibles, pourraient également vous embraser devant tout le monde au moment de l’apéro. Maîtrisez aussi votre foyer et son environnement : n’allumez pas de feu au milieu de végétaux secs, ayez toujours un tuyau d’arrosage à portée de la main et éloignez les enfants. Pour ce qui est des risques de cancers : attendre la disparition totale du combustible avant de poser la viande. Retirez la grille lorsque votre jus de merguez s’enflamme et ne mangez pas les surfaces carbonisées.

SI C’EST DÉJÀ TROP TARD
En cas de brûlure superficielle, passez la zone lésée sous un filet d’eau continu, pendant cinq minutes, et couvrez la plaie d’un linge propre. En cas de brûlure plus grave, consultez un médecin.

Les IST
Vous aimez jouer de la guitare autour d’un feu sur la plage ? En boîte, vous aimez exhiber votre corps bronzé et musclé jusqu’au bout de la nuit ? Alors, vous n’êtes pas à l’abri d’une rencontre fortuite qui pourrait bien se terminer sur l’oreiller. Or c’est là, au cœur de l’été, porté par l’insouciance des vacances et protégé par un sentiment de toute-puissance (surtout si vous avez survécu à tous les dangers développés dans les pages précédentes), que vous risquez de déraper.

COMMENT ÉVITER LE DANGER
n cas de rapport sexuel, la confiance est importante, mais elle ne fait pas tout (d’autant qu’on se balade rarement avec son test VIH lorsqu’on fait du camping). Et, en plus du Sida, il y a tout un tas d’autres infections sexuellement transmissibles (IST). Ainsi, on
ne recommandera jamais assez l’utilisation systématique du préservatif en cas de rapport sexuel. Un conseil : prévoyez toujours d’en avoir sur vous pour le cas où vous vous retrouveriez en bonne compagnie, plutôt que de vous retrouver démuni à l’arrière d’une voiture, tel un benêt. Rassurez-vous, vous passerez toujours plus pour quelqu’un de prévoyant que pour un pervers.

SI C’EST DÉJÀ TROP TARD
Comme on ne veut pas entendre dire ici que vous n’avez pas eu le temps de mettre un préservatif, nous nous concentrerons sur l’hypothèse du préservatif qui craque. Dans ce cas, il est conseillé de bien se laver le sexe après la rupture du préservatif, de faire un test de dépistage trois mois après l’incident et, si le risque d’infection au VIH est important (partenaire séropositif), de consulter un médecin pour un traitement préventif.

Et voila, grâce à Coach Magazine, vous voila fin prêt à affronter l’été et tous ses dangers !

——————————

Bien manger aussi, c’est important :
– Faites le plein de minéraux
– La recette de la semaine
– Quels aliments pour mieux dormir ?