DR
Popeye n’a pas choisi de manger des épinards pour leur bienfaits sur la masse musculaire. Les épinards ont également d’étranges effets positifs sur notre corps

Ce légume riche en nutriments est assez humble mais il permet de cuisiner des mets variés, se transformant en salade, smoothie ou accompagnant des plats. Mais à côté de ça, les épinards ont des avantages non négligeables sur notre santé, non seulement sur notre masse musculaire mais sur notre santé globale et notre remise en forme.

1 – Ils réduisent la faim et les tentations

Les épinards ne sont pas seulement une source de vitamine A, ils permettent également de réduire les envies et la faim, comme le dévoile une étude publiée dans le Journal of American College of Nutrition. Elle constate que les composants des cellules de la photosynthèse des épinards favorisent la libération d’hormones de satiété. Nous savons maintenant pourquoi Popeye n’a pas une once de gras…

2 – Ils rendent nos séances d’entraînement plus faciles

Des recherches publiées dans Cell Press dévoilent que manger des épinards rendrait vos muscles plus efficaces lors d’une séance d’entraînementDans l’étude, les participants qui ont pris une petite dose de nitrate inorganique, équivalente à ce qui se trouve dans un plat d’épinards, durant trois jours, ont consommé moins d’oxygène tout en faisant du vélo. Cette performance améliorée est grâce à l’efficacité accrue des mitochondries, qui alimentent les cellules de notre corps.

3 – Ils peuvent prévenir le cancer

Une étude de l’université de l’Oregon dévoile qu’une viande trop cuite pourrait être cancérigène, en endommageant les microARN du corps. Mais contrairement à l’ADN qui est endommagé de manière irréversible lorsqu’il subit des modifications, les microARN peuvent être restaurés grâce à une alimentation saine. C’est là que notre légume entre en jeu : la consommation d’épinards peut compenser en partie les effets néfastes des substances cancérigènes. Dans l’étude, la consommation d’épinards a réduit de moitié les risques de cancer du colon de 58 à 32% sur les cobayes testés.