©iStock
D’après une recherche effectuée sur plus de 210 000 femmes et hommes, consommer des fruits à coque deux fois ou plus par semaine réduirait le risque de maladie cardiovasculaire ou coronarienne

Après plus de vingt ans de recherches, les scientifiques peuvent affirmer que les amandes contribuent à préserver un coeur sain. Une méta-analyse de 2016, ayant examiné l’étendue des recherches sur les amandes et la santé cardiaque, a montré les effets bénéfiques significatifs des amandes sur le cholestérol total, le cholestérol LDL et les triglycérides, avec du taux de cholestérol HDL.

Les résultats indiquent que la consommation d’amandes doit être prise dans le cadre d’un régime sain visant à maintenir des taux sains de lipides dans le sang et réduire le risque de maladie cardiovasculaire.

Dans une étude réalisée par l’Université d’État de Pennsylvanie, consommer une poignée d’amandes à la place d’un en-cas riche en glucides peut à stimuler le HDL bénéfique, aussi appelé « bon cholestérol », et améliorer sa capacité à éliminer le cholestérol nuisible du corps.

Depuis la publication de cette méta-analyse, de nouvelles études ont examiné l’intérêt pour la santé cardiaque de consommer des en-cas à base d’amandes.

Un groupe a consommé des en-cas constitués de 43 grammes d’amandes, tandis que l’autre groupe a consommé des en-cas constitués d’un muffin riche en glucides contenant un nombre similaire de calories. Parmi les sujets ayant mangé des amandes, le taux de mauvais cholestérol LDL a baissé, et le taux de bon cholestérol HDL est resté identique – un bénéfice régulièrement constaté quand des amandes sont intégrées dans des régimes bons pour le cœur. Les chercheurs ont aussi constaté que la consommation d’amandes  augmente le nombre de leurs particules DGL Alpha 1, la forme la plus protectrice pour le cœur. 

Un autre étude menée auprès d’adultes coréens (84 personnes en surpoids ou obèses), a comparé les effets de la consommation d’un en-cas journalier à base d’amandes par rapport à un en-cas journalier constitué de cookies ayant la même valeur calorique sur les facteurs de risque cardiovasculaire. Les participants ayant consommé des amandes présentent une baisse importante du cholestérol total, du cholestérol LDL et du cholestérol non-HDL, par rapport aux participants ayant consommé des cookies. La consommation d’amandes a également amélioré le statut en vitamine E, le taux global de cholestérol dans le sérum et le taux de cholestérol LDL des personnes en surpoids ou obèses.

Idéales pour les sportifs, les amandes sont un en-cas riche en magnésium, protéines, vitamines E et fibres. Les études prouvent définitivement que ce super-aliment a des avantages bénéfiques contre les maladies cardiaques.