marathon
© DR

Où que vous couriez, voici 5 erreurs de débutant à ne pas commettre pour arriver à bon port.


5 erreurs à ne pas commettre lors d’un marathon

1 – Courir tout le temps

Si vous avez commencé à courir il y a peu, vous devrez alterner marche et course à pied, puis augmenter progressivement le temps de course, sur quatre semaines, avant d’essayer de courir sans vous arrêter. Pensez également à suivre une préparation musculaire générale : ce ne sont pas seulement les jambes qui travaillent, le haut du corps, la sangle abdominale doivent être bien gainés.

2 – Courir trop vite

Pour beaucoup de débutants, le marathon est un défi que l’on se lance à plusieurs. Dans ce cas, essayez le plus possible de courir tout seul. L’une des principales erreurs est de vouloir en faire trop et trop vite, et le fait de courir en groupe va inévitablement vous pousser dans cette voie, avec un risque d’échec. Pour savoir à quelle vitesse courir le jour J, fiez ­vous à un cardiofréquence mètre que vous aurez utilisé à l’entraînement pour connaître votre rythme cardiaque à l’allure qui vous convient le mieux. Et n’oubliez pas de partir tranquille, en restant facile sur la première partie de la course, au moins jusqu’au 30e kilomètre, lorsque la fatigue physique et morale va commencer à se faire sentir.

courir
© iStock

3 – Une préparation inadaptée

Si chaque marathon est différent, chaque préparation l’est aussi. Inutile de s’astreindre à des séances de côtes en montagne si le parcours de votre course est presque plat. Essayez d’adapter le plus possible votre entraînement aux conditions que vous allez rencontrer le jour de la course. Pour des courses en ville, ou sur route, vous devrez avoir fait environ 70 % de votre préparation sur le bitume pour habituer votre organisme à la répétition des impacts au sol. Dans l’absolu, essayez d’être conscient de vos capacités et de vous fixer un objectif réaliste.

4 – Une mauvaise hygiène de vie

Préparer un marathon demande un investissement physique important. L’organisme a donc besoin de repos et de carburant pour faire face au volume d’entraînement. Le sommeil est fondamental, c’est lorsque vous dormez que votre corps se régénère et répare les traumatismes et les lésions. Le repos est donc votre meilleur allié. De la même manière, vos muscles ont besoin de glucides pour travailler. À vous de mettre en place une alimentation équilibrée, faisant la part belle aux sucres lents (pâtes, riz, pommes de terre), aux protéines ( jambon, œufs, poissons) et aux vitamines (fruits et légumes), en évitant les graisses et les sucres rapides.

5 – Ne pas avoir testé l’alimentation

Apprendre à boire et à manger en courant, cela se prépare à l’entraînement. Vous devez arriver le jour de la course en ayant déjà testé vos gels énergétiques (et éventuellement votre alimentation solide) et votre hydratation.Surtout, ne changez rien lors de votre marathon. Vouloir boire du soda à un ravitaillement sans en connaître les effets sur votre organisme est le meilleur moyen de rater votre course.